La peinture du dimanche #70 : Jacob Philipp Hackert

23 mars 2014 § Poster un commentaire

jacob Philipp Hackert, Rome vue des Termes de Caracalla (huile sur toile, v. 1779-80).

+ Hackert,_Rom_von_den_Caracalla-Thermen_aus,_um_1779-80

Roma, sguardi #1 : Divisions de la joie

18 octobre 2013 § Poster un commentaire

Joie primaire de remplir son frigo avec des produits et des logos nouveaux, des contenants inconnus, des contenus incertains.

Joie de se sentir étranger, de ne pas maîtriser les codes qui pourraient permettre de décrypter les situations qui, dans son pays d’origine, pourraient l’agacer, quand elles ne le révulseraient pas carrément. De se laisser porter par la seule musique de la langue, comme une mer harmonieuse d’où émergeraient par moments des mots naufragés comme autant de visages connus, de ne plus l’entendre, cette langue, comme un simple instrument rejouant la triste partition des rapports de classe, la litanie de la séduction et de la vanité, les refrains usés de la manipulation et de la fatuité, ces airs, aussi sournois que les attaques de clones accordéonistes dans les rames de métro parisien, qui ne sont qu’invitations à la misanthropie. De ne plus guère – considérant dorénavant chaque chose sous l’angle de l’exotisme – se sentir ni blessé par la grossièreté du monde – ou est-ce sa vulgarité ? – ni jugé par ses semblables, prêt désormais à éprouver une grandeur jusqu’ici latente (« C’est une façon commode de vivre que de se croire grand d’une grandeur latente », Italo Svevo). De savoir ne plus comprendre, de ne plus savoir ; de se refaire comme une virginité.

Et une cure de beauté.

« Lire la suite »

%d blogueurs aiment cette page :