La vie rêvée

2 mai 2016 § Poster un commentaire

« J’ai souvent nourri le rêve insensé d’aller vivre dans les lieux que je voyais représentés sur des peintures, gravures et dessins de toute sorte, avec une préférence marquée pour les paysages simples, sans foisonnement, à la composition immédiatement perceptible. Un jour, dans un éclair de lucidité, je compris que j’établissais une correspondance entre la simplicité des formes et des couleurs reproduites et la vie que j’y mènerais, qui ne saurait être que simple et naïve elle aussi. C’est pourquoi j’éprouve tant de plaisir à contempler sans fin les couvercles des boîtes de fromage : un ciel bleu, franc et sans taches, le vert tendre d’un pré, un petit sentier gris, une maisonnette jaune et rouge, une vache marron à traire chaque soir… »

Extrait de la nouvelle La Vie rêvée, elle-même tirée du recueil Le Temps mort, tout premier livre de René Belletto, avec lequel il remporta en 1974 le Prix Jean Ray de littérature fantastique. J’adore les livres (édités chez P.O.L.) de cet écrivain profondément singulier, en lequel le styliste et le raconteur d’histoire font jeu égal avec un faible pour Créature (2000) et Hors la loi (2010).

Publicités

Tagué :, , , , , , , , ,

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement La vie rêvée à "What you give is yours, what you retain is lost forever." (Armenian proverb).

Méta

%d blogueurs aiment cette page :