La peinture du dimanche #119 : Walter Leistikow

1 mars 2015 § Poster un commentaire

walter Leistikow, Le Lac de Grunewald (huile sur toile, 1895).

+ Leistikow Grunewaldsee
Hier après-midi, 28 février, j’ai pour la première fois traversé cette forêt de Grunewald, dans la partie sud-est de Berlin, qu’a si souvent peinte Walter Leistikow, membre éminent de la Sécession berlinoise. Notre objectif était le château/pavillon de chasse de Grunewald (« Jagdschloss Grunewald »), le plus ancien château berlinois (construit par Frédéric Ier, le vilain « Roi-Sergent », au début du XVIIIe siècle), où sont aujourd’hui exposés une trentaine de tableaux de Cranach. Mais le château (magnifique demeure augmentée d’une terrasse de rêve surplombant l’eau étendue) étant fermé jusqu’à… fin février, il ne restait plus qu’à cheminer paisiblement sur le pourtour de ce lac tout à fait sauvage et préservé, absolument pas (ou alors si élégamment) modelé par la main de l’homme. Et à se rappeler ces passages du Don dans lesquels Nabokov évoque ce lac et cette forêt où il allait parfois bronzer tout nu… Le soleil d’hiver était clément, orange et tout doux, découpant les troncs des bouleaux (j’avais  d’abord écrit boulots !!!) et des pins sylvestre en une partition tout à fait céleste. Eden is a magic world.

Publicités

Tagué :, , , , , , , , , ,

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement La peinture du dimanche #119 : Walter Leistikow à "What you give is yours, what you retain is lost forever." (Armenian proverb).

Méta

%d blogueurs aiment cette page :