Alix l’intrépide

Je viens seulement de découvrir ce film de Jean (Eustache, dont il s’agit pour ainsi dire du testament filmique, puisqu’il devait se suicider quelques mois plus tard) en même temps que les photos d’Alix (Cléa Roubaud, disparue elle aussi brutalement, à 31 ans, en 1983, trois ans après Les Photos d’Alix), dont une exposition est actuellement présentée à la Bnf à Paris. Je le trouve saisissant, réjouissant et poignant. Quelle femme, quelle photographe, et quel cinéaste !

« Prendre des photographies, les commenter, les interroger, laisser aller librement la parole pour dévoiler la force de l’image, ses interprétations possibles, multiples, infinies. La photographie, l’image n’est jamais donnée comme telle, elle n’est pas un espace fini, fermé, mais elle laisse au contraire place à d’autres espaces, espace du rire, espace de l’imaginaire. » (Jean Eustache, note d’intention des Photos d’Alix)

« Impossible d’écrire, marié(e) à une morte.
Dire de toi : dire tout rien.
Existante dans l’au-moins-deux, visible d’un état-des-choses, à chaque moment enfin nommée, renommée, belle, telle :          mais plus. »
(Jacques Roubaud, Quelque chose noir, 1986)

Publicités

Un commentaire

  1. feuilleter ces » images » rêvées , c’est beau ! j’étais persuadée que le dernier film de J E était « numero zero » , l’émouvant entretien avec sa grand mère .. qui n’est sorti qu’en .. 2003 (découvert dans une petite salle
    indépendante )

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s