Autres rivages

« Etant résolument, dans ma métaphysique, un non-syndiqué et n’ayant que faire d’excursions organisées à travers des paradis anthropomorphiques, je suis abandonné à mes moyens propres, mais non négligeables, quand je songe à ce qu’il y a de meilleur dans la vie ; quand, comme à présent, je fais un retour sur l’intérêt, allant presque jusqu’à la couvade, que je prenais à notre bébé. Tu te souviens des découvertes que nous fîmes (que font, paraît-il, tous les parents) : la forme parfaite des minuscules ongles de sa main que tu m’as montrée en silence, étalée sur ta paume, telle une étoile de mer échouée ; le grain de la peau de ses membres et de ses joues, sur quoi tu attiras mon attention d’une voix lointaine, comme si la douceur du contact pouvait être rendue seulement par la douceur de la distance ; ce je ne sais quoi de nageant, d’oblique, de fuyant sur le noir bleuté de l’iris qui semblait retenir encore les ombres qu’il avait absorbées d’anciennes forêts fabuleuses où il y avait plus d’oiseaux que de tigres et plus de fruits que d’épines, et où, dans quelque profondeur tachetée de soleil, naquit l’esprit de l’homme… » (V. N., Autres rivages)

Publicités

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s