Soothing sounds for baby

30 juin 2013 § Poster un commentaire

La peinture du dimanche #32 : Giuseppe Pellizza

30 juin 2013 § Poster un commentaire

giuseppe Pellizza da Volpedo, Il Sole (huile sur toile, 1904).

giuseppe_pellizza_il sole

 

Review Memories #9 : Gérard Pesson, ‘Aggravations et final’ (2004, Mouvement)

28 juin 2013 § Poster un commentaire

Pesson-aggravations-et-final-2009_1Alors que je réécoute ces jours-ci les délicates Dispositions furtives, très beau disque consacré par le label Col Legno à la musique pour piano de Gérard Pesson (et dont on peut écouter un extrait ci-dessous), j’ai eu envie de ressortir de mon HD cette chronique (parue dans Mouvement n° 52) concernant un autre enregistrement de ce compositeur, pour ensemble cette fois-ci, publié par le label Æon.

GÉRARD PESSON – Aggravations et final et autres pièces (Æon/Harmonia Mundi)

« La singularité de la musique de Gérard Pesson dans le paysage contemporain tient sans doute à un rapport très intense à la culture », écrit Martin Kaltenecker en ouverture du livret de ce disque. La culture, effectivement, est partout présente chez ce compositeur (né en 1958) d’une immense érudition, perceptible dans les beaux textes dont il accompagne ses œuvres : une culture qui n’est pas seulement musicale (la littérature et les arts plastiques l’inspirent tout autant), pas davantage qu’elle n’est « élitiste », comme en témoignent les fréquentes références aux formes populaires. Cette omniprésence de la référence ne le rattache pas pour autant à cette école du collage, de la citation, caractéristique de la postmodernité. C’est plutôt de dé-collage, de décollement qu’il s’agit dans cette musique où les citations se trouvent méthodiquement et drôlement (l’humour est un élément fondamental de l’esthétique de Pesson, en quoi il se rapproche de Ravel) concassées, effacées (en quoi il se rapproche parfois de Sciarrino) – lacérées, pour reprendre un terme cher au musicien. Ainsi rendues méconnaissables, tamisées (comme on le dirait d’un humus, ou d’une lumière), elles servent de substrat à une musique d’une extrême poésie, qui s’aventure aux confins du silence, de l’inaudible et de l’inouï, et qui pourtant bruit d’une grande sensualité, tout en harmonies fragmentées, textures palpitantes et gestes vifs. Écrites pour diverses formations – du piano à l’orchestre – entre 2002 et 2005, les cinq œuvres composant ce disque, dont plusieurs avaient été présentées sur scène (et on le redit une nouvelle fois : la musique « contemporaine », et celle de Pesson en particulier, doit se découvrir en concert) lors du dernier Festival d’Automne à Paris, forment une magnifique introduction à cet univers. Citons en particulier Rescousse, pour 13 instruments, et Wunderblock, pour accordéon et orchestre, où Pesson tente d’« effacer » le Majestoso de la Sixième Symphonie de Bruckner, comme jadis Rauschenberg l’avait fait avec un dessin de De Kooning.

(David Sanson)

Berlin Views #11

27 juin 2013 § Poster un commentaire

Maquette 1

Maquette 2

Plan

Les maquettes et les plans de la ville exposés à la Senatsverwaltung für Stadtentwicklung und Umwelt :
en haut, maquette au 1:1500 ;
au milieu, maquette de la RDA au 1:1500 ;
en bas, plan du bâti de Berlin centre après et avant les bombardements…

Sunshine recorder

26 juin 2013 § Poster un commentaire

(Content de retrouver ce groupe aujourd’hui avec Tomorrow’s Harvest, nouvel album dont n’est pas issu le morceau ci-dessus. Ce qui est bien, avec Boards of Canada, c’est qu’on sait toujours à quoi s’attendre avec eux : une musique immédiatement reconnaissable, toujours fidèle à elle-même, et toujours plaisante, voire prenante… Une brise fraîche par les languides après-midis d’été.)

Bodily functions

25 juin 2013 § Poster un commentaire

Berlin Views #10

24 juin 2013 § Poster un commentaire

kaiser-wilhelm-memorial-church-1906_max-missmann

L’Eglise du Souvenir de l’Empereur Guillaume en 1906. Photo : Max Missmann.

Où suis-je ?

Vous consultez les archives de juin, 2013 à "What you give is yours, what you retain is lost forever." (Armenian proverb).

%d blogueurs aiment cette page :