Un rai de lumière (babymaker)

Refrain parfait, groove/métrique subtils, harmonies et production lumineuses ; et surtout, à 2’04 », le ‘bridge’ qui tue, modulation d’autant plus irrésistible qu’elle n’est exposée qu’une fois, provoquant le désir immédiat, à la fin de la chanson, de remettre celle-ci au début ; bref, ce savant dosage de jouissance et de frustration qui fait les pop-songs les plus immortelles…

(Sous le nom de Sore & Steal, le grand Ian Masters, âme damnée des Pale Saints, a publié en 2009 un très beau et très planant album, Many Moons A Go-Go, téléchargeable gratuitement sur Archive.org.)

Et que dire de Babymaker !

Publicités

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s