Ce vendredi (la vie sauvage)

17 avril 2013 § Poster un commentaire

Du girl-punk de Mania D ou Malaria! jadis à l’électro susurrée de son 2e album, Wildlife, aujourd’hui, de la boutique Eisengrau au label 100% féminin Monika Enterprise, le parcours de Gudrun Gut épouse 3 décennies de musique underground à Berlin. Cela est très bien raconté dans l’article que publie Guillaume Ollendorff sur le site Mouvement.net, à l’occasion de la venue de Gudrun Gut, ce vendredi, au Palais de Tokyo, pour ce qui constitue son tout premier (!) concert solo à Paris – mais aussi de celle, le lendemain au festival Sonic Protest, d’un autre représentant mythique (et d’un autre Palais) de la scène (post-)punk germanique : le combo hambourgeois Palais Schaumburg, dans lequel officie son compagnon Thomas Fehlmann.

Autant dire que ce concert gratuit (qui fournit une occasion d’aller jeter au bel ensemble d’expos présentés en ce moment au Palais, de Julio Le Parc à Raymond Roussel) est à ne pas rater.

Publicités

Tagué :, , , , , , , , , , , ,

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Ce vendredi (la vie sauvage) à "What you give is yours, what you retain is lost forever." (Armenian proverb).

Méta

%d blogueurs aiment cette page :