La peinture du dimanche #19 : Wolfram Ebersbach

31 mars 2013 § Poster un commentaire

wolfram Ebersbach, Nikolaikirche (huile sur toile, 2010).

Ebersbach nikolaikirche-2010

J’avais découvert ce peintre lorsque je vivais à Leipzig, ville dont il est originaire (et où se trouve cette église Saint-Nicolas dont j’ai toujours aimé l’aménagement néoclassique, avec ces colonnes semblant des troncs d’arbres, selon l’analogie chère à Vitruve entre l’architecture et la nature ; c’est de cette église que partirent en 1989 les mouvements de protestation qui allaient mener à la chute de la RDA). Si la peinture de son frère Hartwig est plus connue, j’avais été saisi par la puissance de ce geste pictural, par la manière dont Wolfram Ebersbach parvient, en quelques larges coups de spatule, à figurer des paysages urbain d’un incroyable raffinement.

Publicités

Tagué :, , , , , , , , , ,

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement La peinture du dimanche #19 : Wolfram Ebersbach à "What you give is yours, what you retain is lost forever." (Armenian proverb).

Méta

%d blogueurs aiment cette page :