Things behind the sun

30 novembre 2012 § 1 commentaire

Deux belles pièces de folk u.s.  – only the damn sun knows

“If I cared about anything I might worry / I might try, I might hurry, I might cry. / If i saw it easy, i would be you, and we would be two / to pass within all they choose. / But with nothing I had to start my life, I tear the stars, I eat their light /  transform shadows into what is right. / Only the sun knows where we are…”

“When, when we were young / We had no history / So nothing to lose / Meant we could choose / Choose what we wanted then / Without any fear / Or thought of revenge / But then you grew old / And I lost my ambition / So I gained an addiction / To drink and depression… God damn the sun”

Publicités

Merz alors !

29 novembre 2012 § 1 commentaire

Samedi dernier, j’assistais avec délice à la Cité de la Musique au concert présenté dans le cadre du Forum organisé sur le thème « Futurisme & primitivisme ». Au programme, entre autres raretés signées Marinetti et surtout Harry Partch (superbe U.S. Highball, tout, sauf anecdotique !), ce même Michael Schmid (de l’ensemble Ictus, décidément indispensable) interprétait cette même Ursonate (« Sonate primitive ») de Kurt Schwitters, avec une cadence signée Georges Aperghis. Fümms bö wö tää zää Uu!!!

‘I showed her my baseball card collection…’

28 novembre 2012 § Poster un commentaire

Un morceau de DJ Signify (feat. Buck 65) aux paroles étranges.

‘I feel mysterious today’

27 novembre 2012 § Poster un commentaire

J’adore

TOUT ce concert de Wire filmé le 14 février 1979 à Cologne, pour l’émission Rockpalast de la WDR. L’énergie et la classe folles de ce groupe, en radical contraste avec la placidité et le (p)look des spectateurs.

On dirait une pub pour le situationnisme.

J’ai choisi I Feel Mysterious Today en raison de son titre, de ses paroles, et de ses dernières secondes d’anthologie (énergiques et folles, donc), mais j’aurais pu tout aussi bien pu prendre, et exactement pour les mêmes raisons, Blessed State, Two People in A Room ou A Touching Display. On pourra préférer regarder l’intégralité du concert ici. Colin Newman cravaté et déchaîné ; Graham Lewis façon beau gosse total cuir, entre Richard Hell, Vince Taylor et Paul Simonon ; Bruce Gilbert imperturbable et bruyant ; Robert Gotobed imperturbable et métronomique : respect éternel.

« Bats in profusion there / Did you ever conceive / That you too can leave / Exactly when you like? »

‘Proceed to memory’ (Pinback)

26 novembre 2012 § Poster un commentaire

Mes chouchous californiens de Pinback, auteurs avec Blue Screen Life de l’un de mes disques favoris du nouveau millénaire (15 idées par chanson, pas moins – sans parler de ce magnifique titre), viennent de publier un nouvel album, Information retrieved, chez Temporary Residence. Et seront en concert à Paris le 12 décembre, à la Maroquinerie. Youpi.

>>>

25 novembre 2012 § 1 commentaire

La peinture du dimanche #1 : Piet Mondrian

25 novembre 2012 § 3 Commentaires

Piet Mondrian, Solitary House (aquarelle et gouache, v. 1898-1900).

Où suis-je ?

Vous consultez les archives de novembre, 2012 à "What you give is yours, what you retain is lost forever." (Armenian proverb).

%d blogueurs aiment cette page :